Forum Généraliste - La libre expression, c'est ici !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forum Généraliste - La libre expression, c'est ici !

Echanges libres et curieux.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Campagne municipales 2020

Aller en bas 
AuteurMessage
Devell
Modérateur
Modérateur
Devell


Masculin Nombre de messages : 3157
Age : 33
Localisation : Ile-de-France.
Emploi : Assistant de fab'.
Loisirs : Sorties entre amis.
Titre Perso : Schizo-Boy

Date d'inscription : 17/04/2008

Campagne municipales 2020 Empty
MessageSujet: Campagne municipales 2020   Campagne municipales 2020 EmptyJeu 16 Juil 2020 - 13:55

Salut à tous,
Petit topic un peu spécial cette fois puisqu'on ne va pas parler à proprement dit de politique, d'opinion ou d'idéologie, mais de campagne électorale. Je peux vous dire que c'est un aspect très éprouvant et en même temps très intéressant. De fait je vais aborder quelques généralités et quelques anecdotes persos sur ce qui s'est passé. Pour des raisons de tranquillité, je ne donnerai pas de détails concrets me concernant.

Il faut savoir d'abord que je suis dans un cas particulier car j'ai fait campagne dans une ville où je n'habite plus (pour des raisons strictement financières) mais dans laquelle je vote toujours, ce qui est a priori tout à fait légal et éligible.
Faire campagne avec cette équipe a été une étape charnière, qu'un ami proche et moi avons initiée bien des années plus tôt.

En effet, le bord politique de ma ville est le même depuis 60 ans, et, sur les dernières années, la situation s'est clairement dégradée. Il devenait donc urgent de faire gagner l'alternance. En 2014, celle-ci a échoué à 200 voix près, étant donc contrainte à rester dans l'opposition. C'est là que mon ami et moi entrons en scène puisque nous décidons de nous mettre derrière les perdants aux conseils municipaux. De fil en aiguille, eux qui nous connaissaient déjà un peu de vue, finissent par nous remarquer. A mesure que les années passent, nous sommes sollicités pour mener, à notre niveau, des petites campagnes à droite à gauche, tenir des bureaux de vote comme assesseurs, au fil des différents scrutins.

Début 2019, nous sommes conviés à des vœux qui lancent officiellement la candidature de notre tête de liste, laquelle a été poussée par ses collègues qui voient en elle (enfin, "lui", mais faut accorder au féminin de "tête"...) la personne qu'il faut pour renverser la Mairie.

A l'été 2019, nous sommes invités à des réunions préparatoires pour commencer à rentrer dans le vif du sujet. Il y a des négociations à mener avec différents groupes, bref, nous voilà plongés dans la politique politicienne.
Tandis que le député LREM de notre circo nous soutient, les membres du groupe préfèrent faire des réunions pour départager qui de notre leader ou de son collaborateur Modem avec qui il avait fait fusion en 2014 serait soutenu par LREM. Ces soirs-là, nous avions compris que notre leader n'était clairement pas plébiscité, ce qui à nos yeux était une énorme erreur de jugement.
Dans le même temps, la frange politique la plus à droite se manifeste et prétend vouloir y mettre un candidat. La présidente de région nous met un "monsieur sécurité" dans les pattes dont on apprend par la suite qu'il envisage lui aussi de monter une liste, alors que nous le pensions envoyé pour intégrer notre équipe.
Malheureusement, en dépit de notre stratégie politique visant à faire une grande coalition pour être plus forts face à la gauche, nous nous retrouvons avec potentiellement 4 candidats, ce qui risquent d'affaiblir nos chances.

Dès le mois d'août 2019, nous faisons des réunions chaque semaine, faisons connaissance avec de nouveaux militants, et commençons à tracter sur les marchés le week-end. La stratégie de notre leader est claire : occuper le terrain, être à la rencontre des habitants. Nous commençons à lancer des idées de programmes, faisons remonter certaines requêtes, bref nous allons au charbon tout l'automne. Dans le même temps, notre leader prépare des formations sur divers sujets : comment mener campagne, comprendre un budget municipal...

Hiver 2019, les choses se décantent : finalement, pas de liste d'"extrême" droite, pas de liste du "monsieur sécurité", et la liste qui devait être Modem devient finalement la liste LREM menée par une des militantes qui nous avait tant agacés lors des réunions de l'été. Nous partons donc avec deux listes de centre-droit. Cela complique un peu nos possibilités, mais après tout, nous sommes heureux de ne pas avoir à travailler avec elle, et à gauche, la situation n'est pas encourageante non plus : le Maire sortant fait équipe comme d'habitude avec le PS, mais les Verts qui avaient fusionnés avec lui en 2014 repartent seuls. Très décrié, il doit aussi compter avec une liste LFI (dont la tête de liste est un ancien voisin avec lequel les rapports sont toujours chaleureux) comprenant tous les gens de gauches déçus par sa politique.
Par ailleurs, un petit groupuscule issu des quartiers, qui fut vite déçu par le Maire sortant, nous rejoint après beaucoup de négociations avec notre candidat qui sait qu'il peut toucher là une cible historiquement favorable à la gauche : les jeunes et mois jeunes de cités.

Les deux derniers mois de campagne, où tout le monde est enfin officiellement lancé après dépôts de listes à la préfecture, sont éreintants.
Beaucoup d'attaques sur Facebook notamment, pas seulement contre nous mais aussi contre le Maire. On voit passer des insultes, des photomontages nauséabonds, et on a même droit à un corbeau qui a envoyé au leader des Verts un courrier visant à nous décrédibiliser : il y est évoqué le fait que moi et une amie/colistière n'habitons pas la ville, que mon ami proche et une colistière sont conjoints, que l'amie travaille pour un autre colistier, bref, que tout ce petit monde se connaît de façon "intime" [sic] de nature à influer une opinion et ce, malgré le fait qu'absolument aucun de ces faits ne soit légalement répréhensible. Fort heureusement, les Verts ont joué franc-jeu en nous alertant et en ne s'en servant pas. Mais jusqu'à la fin de la campagne, nous étions un peu dans l'angoisse que ce soit utilisé publiquement.
Entre LFI, les communistes et LREM, la bataille fait rage et il n'est pas facile de garder son sang-froid.

Sur la fin, nous distribuons programmes et tracts chocs dans les boîtes aux lettres, comme une course contre la montre, en nous montrant très offensif envers la municipalité sortante laquelle n'a eu de cesse de nous attaquer et est clairement notre plus important adversaire.
Dimanche 15 mars bien étrange avec un taux de participation historiquement bas pour une élection habituellement prisée des citoyens. Mais c'est fait, après une journée à se badigeonner de gel hydroalcoolique et à respirer dans des masques, nous faisons une percée historique de 33% contre 29% pour l'équipe municipale sortante !

Après cela vient une pause très longue que nous avons tous connus, un fait devenu aussi important qu'insolite : le confinement.

Si pendant ces trois mois, nous nous sommes murés dans le silence ou dans la discrétion, les affaires reprennent de plus belle dès le mois de juin. Notre leader discute avec les Verts (15% au premier tour) et LREM (10% au premier tour) afin de trouver un accord.
Celui-ci sera acté avec les Verts, mais LREM se retirera au dernier moment et maintiendra sa liste. Malgré tout, nous nous sentons moins en danger qu'il y a 6 ans, puisque nous avons réussi à nous entendre avec une liste importante. A titre personne, je dégringole de la 15ème à la 33ème place (non-éligible sur l'instant si nous faisons en dessous de 53% mais par un jeu de démissions "prévues", je finirai par faire partie de l'équipe rapidement), mais tant pis, seule la victoire collective au bout compte.
La bataille des idées et des attaques reprend intensément durant les 2 semaines qui précèdent le second tour fixé par le 1er ministre d'alors, Édouard Philippe, au 28 juin. Avec mon ami, plus question de tracter mais d'être efficace dans notre quartier (3500 boites à lettres) pour y mettre un tract, un programme mis à jour avec la fusion, puis enfin un dernier tract choc, en l'espace de quelques jours.

Le jour J arrive enfin, je retrouve mon sympathique président de bureau ainsi que mes sympathiques collègues assesseurs. Tout se passe bien, dans une ambiance bien moins délétère que dans d'autres bureaux (à en juger nos rapports WhatsApp visant à dénoncer toute éventuelle fraude de l'équipe sortante qui va chercher à nous mettre des bâtons dans les roues). Puis quand vient mon moment d'aller voter, en milieu d'après-midi, j'y vais avec mon frère et mon père. Dans l'enveloppe, je glisse mon bulletin, bien sûr, mais également celui qu'aurait mis ma maman qui a quitté ce monde durant l'entre-deux tours.
Puis le soir, le dépouillement se fait et nous sommes en très bonne position. Dans les autres bureaux aussi. Puis je vais en Mairie, fébrile et conscient que nous avons peut-être réalisé quelque chose de grand.
Résultat des courses : nous emportons la Mairie avec 55% des voix contre 38% pour les communistes, et 7% pour LREM.
Constat sans appel et fruit d'un travail au long cours, j'ai donc l'immense joie de devenir conseiller municipal pour la ville qui m'a vu naître et dans laquelle j'ai grandi la majeure partie de mon existence. Quelle fierté !

Tout ça pour dire que la politique est bien plus éprouvante qu'on ne le croit, mais qu'on y vit des émotions incroyables. Je ne sais pas si toi, qui aura eu le courage de me lire jusqu'ici, a déjà vécu pareille expérience, mais si c'est le cas, n'hésite pas à la partager ici !
Revenir en haut Aller en bas
http://Dams-2008.skyrock.com
 
Campagne municipales 2020
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Généraliste - La libre expression, c'est ici ! :: Coupons les Cheveux en Quatre :: Politique-
Sauter vers: